Thierry Froger - stade de Reims, ce la se décidera au tribunal PDF Imprimer Envoyer
( 0 Votes )
Écrit par Lo Presti François   
Samedi, 21 Juin 2008 23:50

AddThis Social Bookmark Button

Thierry Froger a décidé de ne pas se laisser faire. L'ancien défenseur du FCGD s'avère très déçu de la tournure des événements "Je voudrais trouver une explication à cette démarche. Aujourd'hui, après trois saisons, on me jette comme ça en me disant qu'on ne vous doit rien, alors qu'il me reste un an de contrat à honorer". Son avocat, Me Olivier Martin, rappelle quelques faits peu honnêtes quand à la démarche employée par la direction du stade de Reims "c'est surprenant de recevoir une lettre de rupture de contrat trois jours avant la reprise de l'entraînement, alors que tout le monde sait que Didier Tholot (nommé le 12 juin) a été recruté comme entraîneur alors même que Thierry Froger n'avait pas encore été officiellement démis de ses fonctions (lettre postée le 17 juin)" Il est notamment reproché à Thierry Froger : "On lui reproche des manquements dans la préparation et le recrutement de la saison à venir, d'avoir utilisé des propos jugés dangereux dans sa communication sans concertation avec ses dirigeants. Et enfin, son insubordination et son manque de communication".Tous ces éléments semblent montrer que la direction du stade de Reims essaie d'innover en matière de licenciement d'entraîneur de manière à ne payer aucune indemnité. Clairement, cela ressemble à une rupture de contrat abusive. C'est ce qu'essaierons de défendre devant la justice les défenseurs de Thierry Froger. Cela a déjà commencé puisque Me Olivier Martin a décidé dans un premier temps de saisir la Commission juridique de la Ligue. Celle-ci, réunie le 18 juin, a décidé de convoquer les deux parties le 1er juillet prochain. En attendant, Me Olivier Martin a aussi décidé de saisir les conseils de Prud'hommes. Pour sa part, la direction du stade de Reims, par la voix de Jean-Pierre Caillot,  estime être dans son bon droit et veux poursuivre son action "Thierry Froger a refusé de se rendre à différentes convocations pour un entretien préalable à son licenciement. Quant à Didier Tholot, il n'a été embauché qu'après le licenciement de l'entraîneur en place...la direction du club possède suffisamment d'éléments à charge contre son ancien entraîneur pour avoir souhaité rompre, avant terme, son contrat de travail ".
Maître Isabelle Bony, l'avocate du club champennois, précise que  "si l'entretien préalable a été reporté, c'est à la demande de Thierry Froger. Ce dernier ayant décidé de solder les 24 jours de congés qui lui restaient ". Place à la justice désormais

 
YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin